Sommaire
Excel Perfectionnement
Excel Graphique
Divers Excel
Excel Vba début
Complément VBA
Utilitaires
Gestion
(philosophie)
Gestion
(techniques)
Liens
Utilitaires en Vrac
Gfc Windows

écrivrez-moi !














 

 

CHRONIQUE D'UNE FIN ANNONCÉE

spell_book_md_wht.gif (7705 octets)

2002, bonne année, meilleurs voeux et tutti quanti...

Et, qu'est-ce que l'on peut me souhaiter pour cette année ? Changer de boulot ! ma santé (mentale entre autres) en serait reconnaissante. Quels sont donc les sujets qui fâchent :
La refonte du code des Marchés Publics? non ! Juste un peu plus de travail en raison de la simplification des procédures qui va rendre la tâche des coordonnateurs de groupement de commandes d'EPLE un poil plus lourde.
L'Euro ? Non ! juste un peu de boulot supplémentaire
La Fin de journée complémentaire ? Non ! il faudra juste travaillé encore un peu vite en début d'année
La mise en place de l'ARTT ? Non ! il faudra juste savoir calculé, négocié dans (comment disent-il déjà ?) l'intérêt du service et des intéressés.

Mais, c'est là que le bât blesse : pas les 35 heures qui pour le personnel TOS n'ont pas de conséquences très importantes, quant aux secrétariats,  les 35h les obligeront à travailler plus longtemps. Mais, plutôt, le mépris dont fait preuve notre administration, contente d'elle, mais incapable de se rendre compte de la situation d'un établissement scolaire.

Je connais un établissement doté de 9 personnels ouvrier faisant 500 repas 4 jours par semaine  et débutant une phase de restructuration, avec les entreprises dans tous les coins. Le Collègue me faisait le bilan : 1 MO Cuisine (bien !, mais revenant de maladie professionnelle, ses bras sont fragiles) 1 OP Cuisine (en accident du travail - remplacé) 1 OP Entretien ( oui!, mais c'est un auxiliaire, oui! , c'est la deuxième année qu'il y a des auxiliaires, oui !, c'est vrai, il y en a eu 1titulaire de nommé l'année précédente en Juillet, mais, en août, on a préféré le réaffecter à la ville, c'est quand même plus important !), bref, cet auxiliaire, cela lui arrive aussi d'être malade (mais comme cela dure que  8 jours, il n'est pas remplacé).

Continuons, avec les OEA, 6 : 1 pour l'accueil, un poste de reconversion, il n'habite pas sur place, n'a aucune dérogation, mais le Rectorat ne veut pas sanctionner (peur d'un Conseil de Discipline ? ) Pas grave, il y aura bien des cadres pour systématiquement fermer les portes de l'établissement à la moindre réunion nocturnes. 5 OEA, Service général dont 2 ont fait une demande de Congé Longue Maladie (Ceux-là sont remplacés), 1 autre (malade pour 15 jours et non 16 - chiffre dit fatidique- n'est pas remplacé), reste 2 , bien fatiguées. Et j'épargne les stages de formation et les maladies de moins de 8 jours.

J'oubliais, 1 CEC, ancien maçon, venu en stage, puis en CES et enfin en CEC, bref, un des plus anciens et compétents des personnels ouvriers de l'établissement (le comble !)

En bilan,  sur 10 personnes,  5 sont des emplois précaires, 1 n'est pas remplacé. Y a t'il beaucoup d'entreprises qui pourraient fonctionner ainsi ? D'autant  que les remplaçants dits " de courte durée", n'ont pas de contrat pendant les vacances et doivent prendre leurs congés sur les 35h hebdomadaires. J'oubliais, également de préciser que ces remplaçants sont payés avec 2 mois de retard (ils ont bien du courage pour travailler).

Bref, l'établissement n'est guère nettoyé, seule la cuisine est encore tenue correctement (HACCP oblige !). Quant au déménagement prévu pendant les vacances, il se fera plutôt mal que bien, mais de toute façon, cela sera la faute du gestionnaire !

Le Rectorat averti estime qu'il fait ce qu'il a pu dans le cadre de ses crédits et en fonction des règles définies. Et si les règles ainsi définies vous étranglent, on compatit, mais, désolé, on ne peut plus rien pour vous. Sauf, éventuellement à vous tomber dessus, si un accident survient.

balais.gif (6660 octets)

Le Collègue (qui n'est pas un jeunôt), me disait qu'il n'avait pas signé pour mal faire son boulot et qu'écoeuré, il avait déposer un préavis de grève pour Lundi, tout seul…

Aspect passager et localisé, direz-vous,  je ne le crois pas, j'ai aussi constaté une dégradation similaire depuis les 3 dernières années et qui va en s'amplifiant.

Comment s'en sortir :

-          1er solution : recruter des CES, avec le risque d'avoir des agents de 1ère et 2 ème catégorie (en terme technique, cela s'appelle du sous-prolétariat et combler des manques par de la précarité) - solution que je refuse

-          2ème solution : externaliser des prestations : les chantiers de peinture, d'entretien des espaces…. vers une EMOP, une association ou une entreprise. Et pourquoi pas, le nettoyage, après et la cuisine pour finir ! - solution en voie de développement

-          3ème solution : confier l'entretien complet  aux Collectivités de rattachement avec les personnels et les missions (cuisine et gestion comprises). Elles, au moins, ne laisseront pas crever un établissement. Face à l'impuissance de l'Etat, Les Régions et Départements ont montré qu'elles savent se doter des moyens pour assurer leurs charges, alors que l'Etat a toujours montré qu'il en était incapable. - solution post-electorale

 

C'est donc, un constat d'échec : Face aux collectivités territoriales qui investissent en masse ce domaine à la fois par leurs dotations qui rendent l'effort d'investissement de l'établissement quasiment marginal, et par leurs techniciens compétents en matière de bâtiment qui prennent en charge tout ou partie des travaux d'entretien, nous ne pouvons mettre en avant que nos moyens internes dont nous ne maîtrisons ni le nombre, ni le recrutement, ni la qualité. Ainsi, nous ne pouvons à peine faire correctement le courant alors que nous travaillons de plus en plus longtemps.

Je sais : nous avons plein d'autres missions : comptabilité, sécurité, administration … mais ne pas arriver, à exécuter une mission de base comme la propreté de l'établissement (ne dit-on pas que la propreté, c'est le début de l'"autonomie" pour les très jeunes enfants ?), j'en ai honte personnellement et comme le collègue, je n'ai pas signé pour cela !

Considérant que la probabilité que la situation s'améliore est proche de la nullité, que j'ai adoré ce boulot et que je me refuse à le faire mal, que j'ai 40 ans et fait à peu près le tour de ce métier, je pense qu'il est temps pour moi d'aller voir ailleurs.

Devenir Chef d'établissement, pourquoi pas ! Par voie de détachement, cela semble possible. Le job paraît intéressant, encore plus tourné vers l'avenir des élèves bien que je maintienne, haut et fort qu'être gestionnaire s'est mettre tous les moyens possibles à la disposition des enseignants et élèves.

Ou alors, totalement ailleurs, dans un autre ministère ou une collectivité, histoire de découvrir de nouveaux horizons. C'est pourquoi, je passe cette petite annonce :

APASU gestionnaire-comptable EPLE cherche détachement, tout ministère ou collectivité Région Angers ou Télé-travail.
Compétences en :
- Informatique (Excel et VBA, Novell...., conception et mise en place de réseaux TC/IP)
- Marchés Publics
- Réglementation Sécurité ERP
- Comptabilité Publique (transmission des rapports des Inpecteurs-Vérificateur du Trésor sur simple demande)
- Conception et suivi financier des dossiers
- Habitué à la gestion d'une équipe très mouvante
- Mise en place et suivi de la méthode HACCP
-Connaissances importantes en chauffage, plomberie, électricité

fin3.gif (13233 octets)

page précédente                                     Sommaire